Écrire sur la musique

Pensez-vous, comme Martin Mull, qu’ « écrire sur la musique est comme danser à propos de l’architecture » ? Ou estimez-vous, comme Frank Zappa, que  » le journalisme rock est en grande partie produit par des gens qui ne savent pas écrire, qui interviewent des gens qui ne savent pas parler pour des gens qui ne savent pas lire »?

L’aphorisme de Zappa (le plus fort des deux) est clairement exagéré et un bon coup de provoc, dans la plus pure tradition des entrevues outrageuses données par Frank. Je le mets donc de côté.

Quant à l’affirmation de Mull, qui revient à dire qu’il est impossible de parler de musique et d’être pertinent, je suis en total désaccord. Pourquoi serait-il considéré comme un non-sens d’écrire sur la musique, mais pas sur le cinéma, la sculpture, la mosaïque, la chimie organique ou la reproduction des oursins ?

Un bon écrivain/journaliste devrait être capable de décrire n’importe quoi, même les choses les plus abstraites et impénétrables.

Bien sûr, tout le monde n’est pas capable de vulgariser la physique quantique ou de retenir  l’attention en écrivant sur des sports comme le curling ou le ping-pong. Mais Bill Bryson peut vous parler des concepts les plus étranges de la physique de manière limpide et Jean Dion pourrait rendre passionnante une bataille de pouces dans une cour d’école.

Bien sûr qu’on peut écrire sur le monde de la musique. Certains le font même très bien. Parmi la horde de journalistes musicaux talentueux, on retrouve Chuck Klosterman (si vous n’avez jamais lu Sex, Drugs et Cocoa Puffs, sautez dessus sans hésiter), ou encore Alex Ross, du New Yorker.

J’adore, par exemple, le lead de ce portrait de Britney Spears écrit par Klosterman pour Esquire. Pour vous mettre dans le contexte, ça se passe en 2008, Britney est encore la plus grande star au monde et Klosterman la rejoint lors d’une séance photo.

Twenty feet away from me, Britney Spears is pantless. Her sculpted hair makes her look like Marilyn Monroe on a date with DiMaggio, assuming they’re going to Manhattan’s finest pantless restaurant. She’s wearing a sweater that probably costs more than my parents’ house, and her white heels add five inches to her five-foot-four pantless frame. Oh, and did I mention she’s pantless? She’s not wearing any pants.

This is a hard detail to ignore.

Je n’ai aucun intérêt pour le personnage de Britney Spears, sa musique ou sa plastique (trop plastique). Mais après un paragraphe pareil, je suis totalement accroché. Pas vous ?

Techniquement, on ne parle pas ici de la musique de Britney mais du personnage. Les deux sont-ils vraiment dissociables ? Je crois que non: avoir des informations sur la vie d’un auteur, d’un peintre ou d’un musicien apporte un certain éclairage sur son œuvre, et permet une meilleure appréciation – une appréciation avisée – de l’art.

À l’heure où tout le monde peut s’improviser critique musical sur Internet, Alex Petridis dans le Guardian livre un texte à propos de son métier de chroniqueur musical. On y retrouve les conseils suivants :

I’m not sure how much advice I can offer about the actual writing of reviews. I’m pretty certain the more you listen to an album before you review it, the better – repeated exposure to music sharpens your opinions, whether good or bad – and the more you research an album or the artist who made it, the better: the most arcane tangential fact can sometimes illuminate your understanding of it. Beyond that, I wouldn’t for a minute suggest that anything I do as a critic should be viewed in a prescriptive way. I’m not big on close textual reading of the music in a major-triads-in-12/8-time sense, because I tend to view an album as more than a purely sonic experience. Whether you think so or not, your response to an album is often influenced by things other than the actual sound of it.

En bref, écrire une bonne critique musicale est une activité qui demande de la recherche, du temps et un certain recul pour être capable d’aller au-delà du superficiel et du descriptif terne. Une bonne critique ne se contente pas d’analyser la construction de l’oeuvre musicale, elle la met en contexte.

Autrement dit, mieux on connaît son sujet, meilleur est le résultat final.

Et ça, c’est vrai pour à peu près tout.

(photo)

 

Ce contenu a été publié dans Média - Actu, Musique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>