Massive Attack s'exprime sur les émeutes londoniennes

Standard

In context with the complicit support of the government, the banks looted the nation’s wealth while destroying countless small businesses and brought the whole economy to its knees in a covert, clean manner, rather like organised crime.

Our reaction was to march and wave banners and then bail them out. These kids would have to riot and steal every night for a year to run up a bill equivalent to the value of non-paid tax big business has ‘avoided’ out of the economy this year alone.

They may not articulate their grievances like the politicians that condemn them but this is absolutely political. As for the ‘mindless violence’… is there anything more mindless than the British taxpayer quietly paying back the debts of others while contributing bullets to conflicts that we have absolutely no understanding of?

It’s mad, sad and scary when we have to take to the streets to defend our homes and businesses from angry thieving kids, but where are the police and what justice is ever done when the mob is dressed in pin stripe.

(Via)

Deux unes qui en jettent

Standard

Le New Yorker résume en une image la saga ayant mené à la décote américaine.

Michelle Bachmann, chouchou du Tea Party et candidate à la présidentielle américaine, se retrouve en une du Newsweek avec le regard halluciné d’une personne saine d’esprit. Apparemment, la photo ne serait pas une référence à toutes les déclarations plus aberrantes les unes que les autres de Bachmann. Hummm.

John Kerry critique les médias américains

Standard

Il dénonce particulièrement le fait que, sous couvert d’objectivité, les médias américains donnent une place égale à tous, en dépit du bon sens. En clair, il accuse les médias de propager les déclarations du Tea Party, qui sont très souvent fausses, souvent ridicules, parfois délirantes.

And I have to tell you, I say this to you politely. The media in America has a bigger responsibility than it’s exercising today. The media has got to begin to not give equal time or equal balance to an absolutely absurd notion just because somebody asserts it or simply because somebody says something which everybody knows is not factual.

It doesn’t deserve the same credit as a legitimate idea about what you do. And the problem is everything is put into this tit-for-tat equal battle and America is losing any sense of what’s real, of who’s accountable, of who is not accountable, of who’s real, who isn’t, who’s serious, who isn’t?

Via

Tous les magazines féminins résumés en une image

Standard

Le pire, c’est que cette fausse une n’est pas si éloignée de la réalité. La preuve par l’exemple avec cette une de Cosmopolitan, celle-ci, ou encore celle-là. On pourrait aussi aller voir du côté de Marie Claire, de Vogue

Le seul truc qui manque à la une d’Overanalyzing, ce sont les immanquables références à la mode.

(Via)

La télévision est une drogue

Standard

Evidence est un court métrage tourné par Godfrey Reggio (Koyaanisqatsi) qui montre des visages d’enfants en train de regarder la télévision. Bien qu’ils regardent un dessin animé, en l’occurrence Dumbo, ils n’ont pas l’air détendus et ne semblent pas particulièrement apprécier l’expérience. Au contraire, ils ont la lèvre pendante et le regard vitreux; ils ont l’air drogués, possédés, fous… On dirait que la télé les transforme en zombies.

Reggio explique:

Evidence looks into the eyes of children watching television—in this case Walt Disney’s “Dumbo. » Though engaged in a daily routine, they appear drugged, retarded, like the patients of a mental hospital. Evidence is about the behavior of children watching television—an activity whose physiological aspects have been overlooked in the current controversy surrounding television.

Tourné en 1995, Evidence est mis en musique par Philip Glass.



Television is a drug

Cette vidéo est la mise en images par Beth Fulton du poème Television de Todd Alcott. Dans ce poème, c’est la télévision elle-même qui parle pour vous convaincre de la regarder.

Television is a drug. from Beth Fulton on Vimeo.

(via et via)

Journalisme extrême – Une journée sans dépenser un sou

Standard

Alexa Von Tobel décrit dans le Huffington Post une journée terrifiante, qui a de quoi faire trembler les Günther Wallraff de ce monde. Pendant 24 heures, la New-Yorkaise n’a pas dépensé un centime.

Admirez l’exploit:

- Au lieu de prendre un taxi, elle a réussi, à la seule force de sa volonté, à faire le trajet à pied jusqu’à son lieu de travail. 20 longues minutes de marche.

- Plutôt que de s’arrêter à l’épicerie pour acheter son petit-déjeuner, elle s’est versée elle-même des céréales dans un bol. Elle a également dit adios à son habituel latte Starbucks, remplacé par un café maison. Quel courage.

- À midi, au lieu de bouffer au bistro, elle a mangé un sandwich qu’elle s’était préparé.

- Elle est parvenue à survivre toute l’après-midi au boulot sans pause café. (Mais elle a quand même taxé des crackers à ses collègues, elle est humaine après tout).

- Et le soir, elle est rentrée manger à la maison.

Extrait:

I knew that my success relied heavily on morning preparation, so I set my alarm clock 30 minutes earlier than my usual wake-up time. There were four morning spending hurdles that I had to tackle: the commute to work, my morning coffee, breakfast, and lunch. As a die-hard Le Pain latte lover, avoiding coffee was going to be a challenge. I knew I had a coffee maker and some Holder’s House Blend coffee in my cupboard somewhere so it was about time I tried it out. Honestly, the coffee wasn’t so bad. I was so used to my morning corner-coffee shop routine that I forgot how much I enjoyed a simple cup of joe in my apartment before I left for work. On a typical day, I usually grab breakfast on my way to work at the deli below my Flatiron office. But yesterday I had some time to spare and I poured myself a bowl of cereal, adding banana slices on top. Not so bad. In order to prepare for lunch, I made myself a turkey sandwich on wheat bread, an apple and a granola bar and packed it up in a Ziploc bag.

Je suis bouche bée devant une telle bravoure. C’est ce qu’on appelle du journalisme total. Peter et Steven seraient fiers.

Pour lire l’affligeant l’incroyable texte de Mme von Tobel dans sa totalité, c’est ici.

Obama est un humoriste génial

Standard

Après ses années de présidence, si Barack Obama cherche à se recycler, il n’aura pas à chercher bien loin. Obama est charismatique, on le sait depuis longtemps, mais c’est aussi un excellent humoriste.

Pour la deuxième année consécutive Obama a fait un discours anthologique au dîner des correspondants de la Maison Blanche (la prestation mémorable de 2009 est à voir ici).

Le président des États-Unis a chambré à tour de bras, mais avec subtilité et finesse, prenant pour cible aussi bien ses détracteurs républicains que son propre staff, CNN, Jay Leno ou encore les Jonas Brothers.

Il n’a pas hésité non plus à se moquer de lui-même :

« It’s been quite a year since I’ve spoken here last. Lots of ups, lots of downs, except for my approval ratings, which have just gone down. But that’s politics, it doesn’t bother me. Besides, I happen to know that my approval ratings are still very high in the country of my birth. »

(Merci P.A pour le lien !)

Conan O'Brien s'explique à 60 minutes

Standard

La saga du Late Night War est terminée : Jay Leno a récupéré le Tonight Show, et Conan O’Brien a quitté NBC avec plus 30 millions de dollars.

Depuis son départ de NBC, O’Brien s’est lancé dans une tournée intitulée « The Legally Prohibited From Being Funny on Television Tour » (La tournée « légalement interdit d’être drôle à la télévision ») et il a signé un contrat avec la chaîne câblée TBS pour présenter un nouveau show de fin de soirée. Même si NBC lui a retiré le Tonight Show, « Coco » n’est donc pas à plaindre aujourd’hui.

On n’avait pas encore entendu Conan O’Brien s’exprimer dans les médias sur son départ de NBC. Et pour cause: Conan O’Brien était lié à la chaîne par une interdiction contractuelle de donner des entrevues dans les médias jusqu’au 1er mai 2010, un jour que les fans de l’animateur avaient nommé, à juste titre, le « Conan O’Brien Interview Freedom Day ».

L’interdiction étant maintenant levée, CBS a pu diffuser les images ci-dessous, où O’Brien explique devant les caméras de l’émission 60 minutes comment il a vécu son départ « forcé » de NBC. Et accessoirement, pourquoi il s’est laissé pousser la barbe (ça n’a rien à voir avec le singe).


Watch CBS News Videos Online

Un record de visites sur le site d'un journal anglais

Standard

Avec une nouvelle d’une importance capitale, dont le titre était « Dog injures nose« .

Plus de 130 000 personnes sont allées lire l’histoire de ce chien blessé au museau, une histoire qui tient en quatre petites phrases. Il s’agit du record absolu de visites sur un article du Salisbury Journal.

C’est absolument ridicule, et si l’article est sans intérêt, les commentaires pince-sans-rire laissés par les visiteurs valent le coup d’oeil :

« It’s outrageous that something like this is allowed to happen in this country. I want this to be addressed in the next prime ministeral debates. »

« Shocked and disgusted. There’s nothing but bad news now days. What sort of world are we leaving for our children? »

« After hearing this shocking news we obviously need to invade Iran. »

« This is horrendous. What kind of society are we living in today where a dog can injure its nose just by going for a walk.  I want to see some justice! If they catch the chap responsible for this outrage he should be beaten to within an inch of his life, and castrated to stop his criminal DNA from having the chance to pass on to further generations. »

« Dear Lord! we need an urgent inquiry. personally, I blame it on the boogie »

« This is brave and edgy reporting. It’s a pity that the Pulitzer Prize is limited to the USA. »

(photo)