Storm de Tim Minchin

Standard

Storm fairy

Tim Minchin est un humoriste australien doublé d’un excellent musicien. Un soir, alors qu’il est invité à un dîner chez des amis londoniens, il se prend la tête avec une hippie très jolie prénommée Storm qui lui rebat les oreilles avec ses théories fumeuses sur la voyance, l’astrologie, l’homéopathie…

Minchin tente, pour sauver la soirée, de résister à lui clouer le bec. En vain. Et le voici parti dans une tirade contre les pseudo-sciences et le surnaturel, un plaidoyer plein d’humour en faveur de la pensée rationnelle.

Réalisé par DC Turner, le récit de cette soirée est consigné dans l’excellent film d’animation ci-dessous. Et pour ceux d’entre vous qui ne parlent pas anglais, j’ai traduit le texte tout spécialement un peu plus bas. Y’a pas de quoi.

Traduction française:
« Nord de Londres, appartement au dernier étage,
Murs blancs, tapis blanc, chat blanc,
Séparations en papier de riz
Art moderne et ambition
L’hôte est médecin
Il a son propre cabinet
Sa copine est actrice
Une vieille amie
Et on s’amuse en leur compagnie
Alors on est venus dîner.

Le 5e invité est une inconnue,
Les hôtes nous ont réunis
Parce que cette fille arrive tout juste d’Australie
Et qu’elle a déménagé au nord de Londres
Et qu’elle est la soeur de quelqu’un
Ou a un lien quelconque.

Alors qu’on se présente
Je suis frappé par sa beauté
Elle est indéniablement belle
Avec ses yeux sombres et ses cheveux foncés
Mais tandis qu’elle est assise,
J’admets que je suis un peu méfiant
Parce que j’ai remarqué le bout d’une aile de fée
Tatoué sur une zone populaire
Juste au-dessus de son derrière
Et quand elle dit “je suis sagittaire”
Je confesse que je la place dans une case
Et que cette case se remplit immédiatement
Quand elle dit que son nom est Storm (Tempête)

La conversation est d’abord enjouée et insouciante
Mais il faut peu de temps pour que Storm se lance
“On ne peut rien savoir, le savoir n’est qu’une opinion”
Dit-elle, devant son Cabernet Sauvignon
En réponse à un de mes commentaires

“Pas un bon début”, me dis-je
On est encore à l’apéro
Et à l’autre bout de la pièce, ma femme
Écarquille les yeux
Me supplie silencieusement, sois gentil
Un conseil matrimonial
Qu’il ne faut pas ignorer
Donc je résiste à l’envie de demander à Storm
Si le savoir est si inabordable
Que le matin elle ne sait si elle doit sortir de son appartement
Par la porte d’entrée ou par la fenêtre du deuxième.

Le repas est délicieux et Storm
Bien qu’elle évite toute viande
Est assise heureuse et mange
Pendant que le médecin, un peu énervé
Parle d’un aspect un peu anachronique de l’histoire médicale
Quand Storm soudainement déclare
“Mais le corps humain est un mystère!
La science s’embourbe quand elle essaye d’expliquer la nature de l’âme”.

L’hôtesse me lance un regard
Elle sait, comme ma femme, qu’il y a une chance
Que je me lance dans une de mes rares tirades.
Mais je ne le ferai pas, mes lèvres sont scellées,
Je veux juste profiter du repas.
Et bien que Storm commence à me taper sur les nerfs, je ne veux pas faire des histoires,
Bien que ça commence à devenir un peu la lutte parce que Storm, comme la tempête, ne veut pas s’arrêter.

“Les compagnies pharmaceutiques sont nos ennemis,
Elles promeuvent la dépendance aux médicaments
Plutôt que les remèdes naturels qui sont tout ce dont nos corps ont besoin.
Elles sont immorales et cupides.
Pourquoi prendre des médicaments quand il suffit de prendre des herbes?
Quand l’homéopathie peut résoudre le problème?
Je pense qu’il est temps que nous revenions aux alternatives naturelles.”

J’essaie autant que je peux,
Mais une petite fissure apparaît,
dans ma barrière diplomatique.
“Par définition, dis-je, on a soit pas pu prouver que la médecine alternative marchait, soit prouvé qu’elle ne marchait pas. Tu sais comment on appelle la médecine alternative qui marche? La médecine. »

“Donc tu ne crois à aucun remède alternatif?”

“Au contraire Storm. En fait, avant qu’on ne prenne le thé, j’ai avalé un remède naturel, dérivé de l’écorce de saule.
Un antidouleur, quasiment sans effet secondaire.
Il a un nom bizarre.
Chérie, c’est quoi déjà? Ma-ma-masprin?
Basprin?
Ah oui, Aspirine.
Que j’ai payé environ un dollar,
au drugstore.”

Le débat se calme brièvement,
pendant que les hôtes débarrassent.
Mais quand ils reviennent avec le dessert,
Storm affirme malicieusement:

“Shakespeare l’a dit en premier:
Il y a plus de choses au paradis et sur Terre que ce qu’on trouve dans ta philosophie…
La science est simplement la façon dont nous sommes entraînés à regarder la réalité,
elle n’explique ni l’amour ni la spiritualité.
Comment la science explique-t-elle les voyants?
Les auras, la vie après la mort, le pouvoir de la prière?”

Je commence à me rendre compte que je la fixe des yeux.
Je suis comme un lapin pris dans les phares d’une connerie vide.
Peut-être que c’est sa citation approximative d’Hamlet,
Ou le sixième verre que je viens de descendre.
Mais ma barrière diplomatique grogne et le trou du cul retenu par ses pierres ne peut plus être contenu.

“Écoute Storm, je ne veux pas t’ennuyer,
Mais les auras n’existent pas. Lire dans les auras, c’est comme lire dans les esprits, ou dans les feuilles de thé, les signes astrologiques ou les lignes de la main.
Ces gens n’ont aucune compétence. Soit ils mentent, soit ils ont une maladie mentale.
La même chose est vraie de ceux qui disent entendre la voix de Dieu,
Et de ceux qui croient guérir par imposition des mains.

Au fait, pourquoi pense-t-on que c’est OK que des gens prétendent parler avec les morts.
Est-ce que ce n’est pas complètement con de mentir à une femme qui pleure la mort de son enfant et de lui dire qu’on est en contact avec l’au-delà?
Je pense que c’est fondamentalement dérangé.
Est-ce qu’on a besoin de clarifier que les voyants n’existent pas non plus? Est-ce qu’on croit encore que c’est le père Noël qui apporte les cadeaux? Que Michaël Jackson n’a jamais fait de chirurgie?
Est-ce qu’on est si impressionnés par des tours de cirque qu’on pense que les morts voudraient parler à des connards comme John Edward?”

Storm, c’est tout à son honneur, malgré ma dérision, continue à balancer des clichés avec précision, comme un sniper utilisant la connerie comme munition.

“Tu es si sûr de toi, mais tu n’es pas ouvert d’esprit.
Je pense que tu trouveras que ta foi en la science et ses expériences est aussi aveugle que la foi de n’importe quel fondamentaliste.”

“Humm, c’est un bon argument, laisse-moi y penser un instant.
Oh attends, je me trompe, c’est de la pure connerie.
La science s’ajuste sur ce qui est observé. La foi c’est le déni de l’observation afin que les croyances soient préservées.
Si tu me montres par exemple que l’homéopathie marche, je changerai d’avis. Je serai super embarrassé. Mais je courrai dans les rues en criant : C’est un miracle! Mettez la physique à la poubelle! L’eau a une mémoire! Et alors que sa mémoire d’une goutte de jus d’oignon est infinie, elle ne souvient pas de tout le caca qui nageait dedans.

Montre-moi que ça marche et comment ça marche. Une fois que le choc sera passé, je prendrai un compas et graverai “Qui l’eût cru!” sur ma bite.
Tout le monde a le regard fixé sur moi maintenant.
Mais je suis pas mal énervé et puisque j’ai creusé si loin, je ne vais pas m’arrêter en si bon chemin.

“La vie est pleine de mystères, oui,
Mais les réponses sont là. Et elle ne seront pas trouvées par des gens assis, l’air sérieux, qui disent “la vie n’est-elle pas mystérieuse? Asseyons-nous et appelons le putain de pape,
Allons regarder Oprah interviewer Deepak Chopra.”

“Si tu regardes la télé, autant voir Scooby-Doo.
Ce programme était si cool, parce qu’à chaque fois qu’il y avait une goule dans une église,
ou un fantôme dans une école,
ils regardaient sous le masque et qu’y avait-il?
Le putain de concierge ou le mec qui s’occupait du toboggan.
Dans l’histoire, tous les mystères jamais résolus n’ont rien eu à voir avec la magie.”

“Est-ce que l’idée qu’il puisse y avoir une vérité te fait peur?
Est-ce que le fait de passer une après-midi sur cette putain de  Wikipédia et que ça t’apprenne des choses te fait peur?
Est-ce que le fait que le surnaturel n’existe peut-être pas te fait si peur que tu préfères rester dans la brume de ton incapacité à googler?”

Est-ce que ça ne suffit pas?
Juste ce monde? 
Juste ce magnifique, complexe, insondable monde.
Comment se fait-il qu’il ne parvienne pas à retenir ton attention au point que tu doives le diminuer par l’invention de mythes et de monstres bas de gamme créés par l’homme?

Si tu aimes tant Shakespeare, prête l’oreille.
“De dorer l’or fin, de teindre le lis, de parfumer la violette… est totalement débile” Ou un truc du genre.
Ou à propos de Satchmo?
Je vois des arbres verts, des roses rouges aussi.
Et c’est OK si tu veux glorifier Krishna ou Vishnu, d’une façon post-coloniale, condescendante, refoulée et cataloguée.
Mais voilà ce qui me fait bander:
Je suis un minuscule, insignifiant, ignorant tas de carbone.
J’ai une vie, qui est courte et sans importance…
Mais grâce aux avancées scientifiques, je peux vivre deux fois plus longtemps que mes arrières-arrières-arrières-arrières grands oncles et tantes.
Deux fois plus longtemps pour vivre ma vie.
Deux fois plus longtemps pour aimer ma femme.
Deux fois plus d’années d’amis et de vins, de curry partagés et de s’énerver sur de jolies hippies qui ont des fées sur la colonne vertébrale et des papillons sur les seins.

Et si, peut-être, j’ai froissé quelqu’un,
Pensez à ceci et tout sera réparé:
On pourrait aussi bien être dix minutes en arrière,
Car les chances sont minces que vous changiez d’avis.”

 

Une version francophone de ChatRoulette

Standard

Inspirés par le célèbre site de chat aléatoire par webcam ChatRoulette, Rémy Charlot et Lug Giroud ont en créé une version francophone, judicieusement nommée ChatRoulettefr.

En espérant que bientôt, on aura également droit à un Merton francophone pour improviser au piano avec des inconnus!

Je serais aussi curieux de voir ce que donnerait l’expérience de Casey Neistat en français. Sur un échantillon de 90 personnes rejointes par ChatRoulette, il était tombé sur 71% d’hommes, 15% de femmes et 14% de pervers. Que deviendraient ces chiffres pour une population francophone ?

Le bêtisier des Jeux Olympiques

Standard

Les Jeux Olympiques de Vancouver ne sont pas uniquement un événement sportif. Grâce à la couverture médiatique fournie par V et RDS, les J.O. sont aussi un sketch permanent.

Les commentateurs massacrent régulièrement la grammaire, la syntaxe et les expressions françaises. Et c’est très drôle.

L’effet comique provoqué par l’à-peu-près dans les proverbes et par les erreurs de langue n’est pas nouveau. Il est au centre de l’humour de Jamel Debbouze ( par exemple quand il massacre les noms des Gaulois dans Astérix ), joue une grande part dans les sketchs de Gad Elmaleh (« c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres ») et est la cause principale du succès de la pub pour les yaourt Viennois où le petit garçon déclare à Maurice, son poisson rouge : « Tu as dépassé les bornes des limites! »

Mais Jamel, Gad et les publicitaires ont ceci en commun qu’ils font exprès de bousiller la langue pour nous faire rigoler. C’est ce qui les distingue des commentateurs sportifs.

Quand Jean-Luc Brassard, pendant l’épreuve des bosses, qualifie à plusieurs reprises des courses de skieurs de « descentes à l’emporte-pièce » – alors qu’il est manifeste que ce qu’il veut dire c’est qu’elles sont très rapides – il ne le fait pas exprès. Quand il affirme, pendant la même épreuve, que « le risque en vaut la chandelle« , il ne cherche pas à nous faire rire non plus.

De même, quand Joël Bouchard, avant le match opposant le Canada à la Norvège, déclare à propos de Drew Doughty « ce joueur, je vais le suivre à la lettre« , ça n’a pas de prix.

Et au-delà des erreurs de langage, il y a aussi les bourdes manifestes. Par exemple, ce présentateur de RDS qui déclare : « C’est le Suisse Simon Ammann qui a réalisé le meilleur temps en saut à ski« .

Les quatre exemples ci-dessus ne sont qu’une infime partie de tous les lapsus et calembours involontaires qui ont été prononcés pendant les Jeux.  J’utiliserai cet article pour garder une trace de ces perles comiques. N’hésitez pas à en ajouter dans les comm.

Ma liste (provisoire)

- des descentes à l’emporte-pièce

- le risque en vaut la chandelle

- suivre un joueur à la lettre

- réaliser le meilleur temps en saut à ski

- la foule et l’électricité grimpent chaque soir  (reportage sur l’ambiance à Vancouver)

- Cet excellent début d’entrevue d’une journaliste de NBC (à 0:22)

- La totalité de la Cérémonie d’ouverture. Terriblement lente, cliché et inintéressante. Avec, cerise sur le gâteau, Garou qui fausse à la fin (oui, oui, je l’ai regardée en entier, en attendant désespérément l’apogée finale qui justifierait 3 heures d’ennui). Une explication possible de ce fiasco : la cérémonie d’ouverture était « une comédie musicale écrite par un enfant de cinq ans« .

(à suivre)

Le profil Facebook de Dark Vador

Standard

Ce n’est pas parce qu’on est un seigneur Sith qu’on n’a pas le droit de dire des conneries sur Facebook. En voici la preuve avec le profil Facebook de Dark Vador, où l’on découvre le gros déconneur qui se cache derrière le masque noir.

De son enfance de jeune Padawan auprès d’Obi-Wan Kenobi jusqu’à la destruction de l’Étoile de la mort, regardez la vie de Dark Vador sous un nouveau jour grâce à l’équipe du site satirique québécois Mauvais Œil. C’est drôle et décalé, et ça se lit de bas en haut, pour respecter l’ordre chronologique de la saga Star Wars.

(Ce profil Facebook est l’adaptation pour la France de la version québécoise de cette page, dont je vous avais parlé ici. Il est le fruit de ma collaboration avec Mauvais Œil.)

La page Facebook de Darth Vader

Standard

Ce n’est pas parce qu’on est un seigneur Sith, adepte du côté obscur, qu’on a pas le droit comme tout le monde de dire des conneries sur son profil Facebook.

Eh oui, Darth Vader est maintenant sur Facebook, grâce à l’équipe du site satirique Mauvais Oeil. Et c’est très très drôle. Revivez tout le parcours d’Anakin, de Padawan auprès de Ben Kenobi jusqu’à la chute de l’Empire, en lisant la page de Darth Vader (commencez par le bas pour avoir l’histoire dans l’ordre chronologique).

Extrait:

Vous remarquerez que Darth et tous les personnages de Star Wars sont subitement devenus Québécois.

Pour les francophones en dehors du Québec, je pense que vous comprendrez à peu près tout avec le contexte. La page est hilarante comme telle, mais si vous vous voulez saisir toutes les finesses, voici la traduction de la plupart des termes et expressions qui pourraient vous gêner (dans l’ordre de la lecture, si vous commencez par le bas du profil) :

Boules = seins

Guy Cloutier était un impresario, producteur, homme d’affaires québécois. Un scandale de pédophilie a entaché la fin de sa carrière [...] En 2005, il est incarcéré pour avoir abusé sexuellement pendant plusieurs années la chanteuse Nathalie Simard lorsqu’elle était une enfant et d’une autre personne dont l’identité est gardée confidentielle par le tribunal. (wiki)

Ça va faire = ça suffit

Pu = plus

J’te niaise = j’me fous de ta gueule

Pis = puis

Faque = abbréviation de “fais que”, synonyme de “donc”

Gang de sales = bande de pourris

Ouin= oui

Te calisse par la fenêtre= te jette par la fenêtre

Un rond allumé = une plaque allumée

Blonde = petite copine

estie = ôstie = putain

Peser sur un piton = appuyer sur un bouton

coudonc = contraction de “écoute donc”; à peu près le même sens que le “m’enfin” de Gaston

une draft = un coup

Startez la patente = Mettez le truc en marche

en tabarnak = vraiment beaucoup

chum= petit copain

pissou = peureux

Gang de crottés = bande de pourris

Ultramar = une entreprise qui possède des stations-service

Chu tout fourré = je suis totalement largué

Ta yeule = ta gueule

Se crosser = se masturber

(Via)

Petit précis de français québécois

Standard

Profitant du fait que l’Europe connaît en ce moment un hiver qui n’a (presque) rien à envier au Québec, je vous propose un petit précis de mots et d’expressions québécoises essentielles à connaître à tout touriste de passage dans la Belle Province.

Quelques mots:

Plate: Se dit de quelque chose qui est inintéressant, chiant. “J’ai jamais pu regarder un épisode de Derrick en entier, c’est trop plate”. Plate peut aussi signifier “dommage” :
“- J’ai perdu mes clés
- Ah, c’est plate.”

Poche: À peu près équivalent à plate. Il existe des nuances entre les deux, très subtiles. Poche s’applique plus à quelque chose (ou quelqu’un) de foncièrement mauvais. Par exemple, si vous voulez dire que la musique du groupe Nickelback est nulle et que leur guitariste est un manchot, il faut dire:  “La musique de Nickelback est plate et le guitariste du groupe est vraiment poche”.

Débarbouillette: c’est l’équivalent québécois du gant de toilette. Il s’agit en fait d’une petite serviette carrée.

Frette = froid . Quand il fait très froid, on lui accole parfois l’adverbe (vulgaire) “crissement” : “Il fait crissement frette”.

Assez: Dans certains contextes, “assez” veut dire “beaucoup” : “ Les lasagnes, j’aime assez ça!”

Capote (faux ami) : Quand un Québécois parle de capote, il ne fait référence ni à Durex, ni aux voitures décapotables. Au Québec, capoter est un verbe qui signifie, plus ou moins, adorer. “Je viens d’écouter le dernier Radiohead. Il est malade ! J’capote dessus ben raide!” Capoter s’utilise aussi dans l’expression “c’est capoté!” qui signifie “c’est fou!”

Ben raide: Ben est la contraction de bien ( et se prononce comme “bain”). “Ben raide” signifie “vraiment beaucoup”.

Oubedon = Ou bien

Énervé (faux ami) :  signifie excité.

Quelques expressions

C’est encore drôle: Cette expression n’a rien à voir avec un quelconque humour. Elle signifie en fait “ça reste à voir”.
“ – T’arriveras jamais à sauter ce ravin à cloche-pied
- C’est encore drôle”.

Avoir un pinch mou : expression, qui n’a pas d’équivalent en France, et qui désigne le duvet de moustache que se laissent pousser les adolescents en quête de virilité lippue.

Être en beau joual vert = avoir la haine
Ne me demandez pas d’où ça vient, je n’en sais rien du tout

Être sur son 36 = Être sur son 31

Se faire prendre pour une valise = se faire prendre pour un con.
“10 $ pour une pomme, tu me prends-tu pour une valise?”
Variation sur le même thème : On peut aussi dire : “10 $ pour une pomme, j’ai tu une poignée dans le dos?”

Broche à foin = Mal foutu, bâclé.

Être dans l’eau chaude = Être en mauvaise posture

On ne dit pas :

On ne dit pas “C’est trop cool”, on dit “C’est trop hot”.
On ne dit pas “ Ta gueule”, on dit “Ta yeule”.
On ne dit pas “T’es un gros connard”, on dit “T’es un gros cave”, ou pire “T’es un criss d’épais”
On ne dit pas “Regarder la télé”, on dit “Écouter la TV”
On ne dit pas “C’est vraiment kitsch”, on dit “C’est vraiment quétaine”
On ne dit pas “Allez!”, on dit “Enweille!”

Un mot sur les sacres…

Le sacre est une insulte dérivée d’un terme religieux qui appartient clairement au registre vulgaire. Les sacres sont légions: tabarnak, câlisse, ôstie… Les sacres sont un univers bien trop vaste pour que je couvre tout ici. Je me contenterai de criss. De tous les sacres, criss est le plus intéressant parce qu’un peu à la manière de “schtroumpf”, il est déclinable à toutes les sauces (les autres sont déclinables, mais pas aussi extensivement que criss)

Criss: C’est sans doute le sacre le plus répandu au Québec. Vous connaissez déjà l’adverbe crissement (qui signifie “vraiment beaucoup”), mais on peut aussi utiliser criss:
comme un verbe: Je m’en crisse (= je m’en fous)
comme un autre verbe : je décrisse (=je me tire)
comme un nom : Je suis en criss (= je suis très énervé)
comme une interjection : Criss! (= putain!)…

Une règle grammaticale indispensable à connaître : l’omniprésence du « tu ».

Au Québec, le « tu » occupe une place de choix. On l’utilise partout. Il s’insère dans les phrases interrogatives de la façon suivante : “Tu m’écoutes-tu?” Le « tu » marche aussi avec le pluriel : “Ils viennent-tu ?”
Mais attention, « tu » es invariable, on ne peut pas dire “Ils viennent-ils ?”
Un certain entraînement est nécessaire pour maîtriser les complexités du « tu ». N’essayez pas tout de suite de tenter un “Venez-vous tu?” intrépide. “Vous venez-tu?” conviendra parfaitement.

Une leçon de vie : le montant exact

Arrivé à une caisse dans un supermarché, vous tendez votre carte bleue et là on vous demande: “ Le montant exact ?”“Comment ça, le montant exact ?” répondrez-vous peut-être, “le montant exact, non mais oh, faut pas me prendre pour une valise ! “(vous apprenez vite). Ne vous emportez pas comme ça. En fait, on vous demande si vous voulez le montant exact parce que presque toutes les caisses du Québec peuvent aussi servir de guichet pour retirer de l’argent. Plutôt une bonne idée!

En vrac:

dépanneur = épicerie
crisser une volée = foutre une baffe
crosser = arnaquer
se crosser = se masturber
les foufounes (faux ami) = les fesses
une patente = un bidule
des gougounes = des tongs

Le lexique du français québécois sur Wikipédia regorge d’autres expressions, même s’il est loin d’être exhaustif (de nombreuses expressions utilisées dans ce post n’y figurent pas, par exemple).